Messages

Un Roussard qui change toute la fin d'une histoire

Image
Dernièrement, j'ai finalement compris Miliac. J'écris les Dissidents depuis 2012 et ce personnage vient tout juste de réellement connecter avec moi. Qu'est-ce qui a fait le pont? Une lecture...
J'ai voulu en faire un voyageur, celui qui cherche l'autre et qui s'en intrigue. Un curieux du genre humain, mais du type de ceux qui prennent contact avec les gens et qui s'en nourrissent. Complètement hors de moi. Je suis introvertie, lui pas. Je n'arrivais juste pas à le cerner. Il me posait des questions alors que c'était à moi de le connaitre. Il m'a semblé longtemps un éternel errant dans mon roman.  J'avais bien capté quelques traits de sa personnalité. Dès sa naissance, il s'est senti de trop, cherchant à aider les autres à trouver leur place dans leur vie, sans savoir comment trouver la sienne. Il est angoissé d'un rien, il change d'humeur au quart de tour, le plus souvent du monde bienveillant envers les autres, même s'il s&#…

Nordicité et toutes ces sortes de choses exotiques

Image
Étrangement, j'en ai pris conscience seulement récemment. Ma nordicité. Et son omniprésence dans mon écriture. Et depuis, je m'intéresse tendrement à ses vents et ses silences de tombe. 


Je n'ai jamais particulièrement aimé l'hiver. Je ne fais pas de sport, ne randonne pas sous les bois en raquettes ou en ski, me cache rarement dans un chalet givré, collée au foyer. Et pourtant, je ne suis pas de ceux qui s'en plaignent pendant six mois non plus. Je prends l'hiver comme il vient. Ses froids, ses chaleurs aussi fortement incongrues, ses impossibilités à marcher le pas franc. Je ne crains pas ses rues mal déneigées, ses trottoirs glacés, le sel qui poussière tout et même plus. Sa noirceur me pèse un peu, mais novembre gris est plus lourd qu'avec un manteau blanc. Je m'encabane et attends la fin, et les dernières neiges me semblent aussi belles que les premières, pour bien d'autres raisons. 
J'ai naturellement inscrit cette neige dans mes pages (et q…

Prendre rendez-vous avec son personnage

Image
La première idée que j'ai eu envie de suivre sur mon roman était une histoire d'amour, ce qui m'étonne de moi-même puisqu'en général, je n'écrivais pas ce genre d'histoire. J'avais cette question en tête : si, après avoir connu et perdu le grand amour de sa vie, on le rencontre à nouveau, qu'est-ce qui peut arriver? Peut-on le croire, le craindre, le nier ou le vivre pleinement tout simplement? Ce déroulement est tombé sur mon personnage de Merime, femme hermétique — oui plus que moi — qui à un point de l'écriture refusait carrément de me répondre.
Alors, en toute auteure que je suis, épier son quotidien ou lire le malstrom de ses pensées ne suffisait plus. La piéger l'aurait antagonisée davantage. Il me restait donc la bonne foi : j'ai pris rendez-vous. Je ne pensais pas la rencontrer à toutes ses époques...
*

Les Arbres de Caïa

Image
J'ai assisté, il y a jadis, à une conférence qui parlait du rapport souvent ignoré entre l'esprit et le corps, des effets somatiques par exemple, mais aussi de nos positions physiques qui influenceraient l'esprit, la perception de notre environnement. Je ne me souviens plus de grand-chose sauf peut-être cette idée qui m'avait charmée : on ne peut pas prendre une bonne décision si on est tout avachis. Il faut être droit, enligné de corps pour que l'esprit soit lui aussi droit. Que l'on argumente pour ou contre cette énonciation, qu'on nuance ou qu'on renie au quart de tour, pour être franche, ça ne m'intéresse pas. Je ne cherche pas de valeur scientifique calculable et observable à cette énonciation, mais une valeur culturelle.

Et j'en ai fait un trait coutumier pour mes Dissidents.
Lorsque j'ai réfléchis à nouveau au mot « congruence », j'ai enfin pu saisir ce que j'avais inventé : tout un système de valeurs. Il ne s'agissait plu…

Réécrire, c'est pas chômer, et c'est pas payant non plus.

Sur YouTube, je suis avec plaisir la jeune auteure américaine Jenna Moreci et dans l'un de ses vlogs, elle décrit ce qu'elle appelle des overwriters et des underwriters. Bbbbbbbref, en d'autres mots, ceux qui tapuscrisent énormément trop lors d'un premier jet et ceux que... non. 
Je suis clairement de celles qui écrivent peu. Mes révisions consistent à ajouter de la chair à mon premier jet, mais contrairement à ce que Jenna suggère, il ne s'agit pas d'ajouter du contenu. Non. Juste de la chair, des détails, des ressentis et tant tellement que je m'emporte et me perds. On m'a dit du premier jet de mon prologue qu'il était froid et chirurgical. On m'a ensuite dit du deuxième jet qu'il était dense, alambiqué, excessivement (comprendre surdosage) poétique. Ce deuxième jet, vous pouvez le lire sur mon site (je dis ça en passant, hein, par pur z'hasard). Alors un écrivain écrit, c'est sa job (même pas payé) et j'ai grand espoir que mon…